h1

Chuck Palahniuk „Fight Club”

« La première règle du fight club, c’est qu’il est interdit de parler du fight club.
La deuxième règle du fight club, c’est qu’il est interdit de parler du fight club….
Vous ne dites rien du tout parce que le fight club n’existe que dans le laps de temps qui sépare le début du fight club et la fin du fight club.

C’est là la troisième règle du fight club : quand quelqu’un dit stop, ou qu’il n’est plus qu’une chiffe, même s’il fait semblant et rien d’autre, le combat est terminé.
Et chaque fois que vous voyez ce gamin, vous ne pouvez pas lui dire quel superbe combat il a fait. Deux mecs par combat, pas plus. Un combat à la fois. On se bat sans chemise ni chaussures. Les combats durent aussi longtemps qu’il faut. Ce sont là les autres règles du fight club. L’identité des mecs du fight club, ça n’a rien à voir avec leur identité dans la vraie vie. …
Celui que je suis au fight club n’est pas quelqu’un que mon patron connaît.
Après une soirée au fight club, tout ce qui est du monde de la vraie vie se retrouve atténué, en sourdine. Plus rien ne vous fout en rogne. Votre parole fait loi, et s’il en est qui enfreignent cette loi ou vous remettent en question, même ça, ça ne vous fout pas en rogne….
Le premier fight club, c’était juste Tyler et moi en train de nous tabasser à coups redoublés….Le fight club se déroule dans le sous-sol d’un bar, maintenant, le samedi soir après la fermeture, et chaque semaine vous arrivez et il y a de plus en plus de mecs.
Tyler se plante sous la seule lampe de la salle au milieu du sous-sol en béton noir et il voit cette lumière qui scintille dans l’obscurité au sortir de cent paires d’yeux. La première chose que Tyler hurle, c’est :
— La première règle du fight club est : il est interdit de parler du fight club.
« La deuxième règle du fight club, hurle Tyler, est : il est interdit de parler du fight club.Tyler debout sous cette unique ampoule dans l’obscurité d’après minuit d’un sous-sol plein d’hommes, Tyler passe en revue les autres règles :
deux hommes par combat, un combat à la fois, pas de chemise ni de chaussures, les combats continueront aussi longtemps que nécessaire.
— Et la septième règle est la suivante, hurle Tyler : si c’est votre première soirée au fight club, vous devez vous battre….
La nouvelle règle est que personne ne doit être le centre du fight club, dit-il. Personne n’est plus le centre du fight club à l’exception des deux hommes qui se battent.
Le fight club n’a rien à voir avec le football a la télévision. Vous n’êtes pas en train de regarder le spectacle d’un paquet de gars que vous ne connaissez pas à l’autre bout du monde occupés à se taper dessus par satellite avec décalage de deux minutes, coupures de publicité pour la bière toutes les dix minutes, et un temps d’arrêt pour l’identification de la station émettrice. Une fois que vous
êtes allé au fight club, regarder le football à la télévision, c’est comme de regarder du porno alors que vous pourriez vous offrir une superbe séance
de sexe. Le fight club en vient à être la raison pour laquelle vous fréquentez la salle de sport, vous gardez les cheveux courts et les ongles ras. Les salles de sport où vous allez sont envahies d’hommes qui essaient de ressembler à des hommes, à croire que le fait d’être un homme signifie correspondre à la manière dont un sculpteur ou un directeur artistique l’a décrété.
Comme dit Tyler, même un soufflé a l’air gonflé….
Ce qui se passe au fight club ne se passe pas en paroles. Certains mecs ont besoin d’un combat par semaine. Cette semaine, Tyler dit que c’est les cinquante
premiers mecs qui franchissent la porte et voilà. Pas un de plus….
Lorsque nous avons inventé le fight club, Tyler et moi, aucun de nous deux ne s’était jamais battu.Lorsqu’on ne s’est jamais battu, on se pose des questions. Sur le fait d’avoir mal, sur ce qu’on est capable de faire face à un autre homme. J’ai été le premier mec avec lequel Tyler se soit senti suffisamment en sécurité pour poser la question. Nous étions l’un et l’autre ivres dans un bar où tout le
monde s’en fichait bien, aussi Tyler a-t-il dit :
— Je veux que tu me rendes un service. Je veux que tu me frappes aussi fort que tu peux.
Je ne voulais pas, mais Tyler m’a tout expliqué, en détail, mourir sans la moindre cicatrice, en avoir assez de ne regarder combattre que des professionnels, vouloir en savoir plus sur soi-même.
Il a parlé d’autodestruction.
À l’époque, ma vie me donnait l’impression d’être trop complète, et peut-être qu’il nous faut tout démolir pour faire quelque chose de mieux de nous-mêmes. »

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile despre tine sau dă clic pe un icon pentru autentificare:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare / Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Google+

Comentezi folosind contul tău Google+. Dezautentificare / Schimbă )

Conectare la %s

  • cadran

    Decembrie 2016
    L M M M V S D
    « Dec    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Blog Stats

  • Categorii

  • Decembrie 2016
    L M M M V S D
    « Dec    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • %d blogeri au apreciat asta: